Université de Montréal - Kinésiologie - Recherche - Activité physique enfance
 
 

L'activité physique et l'enfance

Développement

Chez l’enfant par exemple, des travaux tentent de déterminer comment le développement des activités motrices globales et fines, des habiletés cognitives, de l’image de soi et des compétences sociales sont affectées par la sédentarité et la pratique d’activité physique.

Il est en effet reconnu que la pratique régulière de l’exercice physique a un impact bénéfique sur la santé physique et psychologique. Mais qu’en est-il pour les fonctions de notre cerveau ? Les personnes actives ont-elles une meilleure mémoire ? Arrivons-nous à mieux nous concentrer ? À l’aide de tests neuropsychologiques, nous pouvons mesurer les fonctions du cerveau d’athlètes et de personnes actives (ex : mémoire, attention, rapidité de traitement de l’information, etc.).

De plus, des tests neurophysiologiques, qui mesurent les réponses neuroélectriquesdu cerveau, nous permettent de déterminer quelles régions du cerveau bénéficent le plus des effets de l’exercice physique. Voilà sur quoi travaille le professeur Dave Ellemberg dans son Laboratoire de Neuropsychologie du Sport et du Développement où se déroule actuellement l'étude Maman en santé, bébé brillant! qui cherche à connaître les effets des habitudes de vie et de l’activité physique durant la grossesse sur le développement intellectuel du nouveau-né avant même sa naissance. Prenez connaissance de l'article du journal Forum qui en fait état.

Maux liés aux mouvements

Des recherches s’effectuent au Centre de réadaptation Marie Enfant de l’Hôpital Sainte-Justine (affilié à l’Université de Montréal) où des chercheurs, dont le professeur François Prince se penchent sur l’évaluation et l’amélioration de la condition de patients (enfants, adolescents, aînés en bonne santé ou personnes atteintes de différentes pathologies) affectés par différents maux liés aux mouvements.

 

 

 

 

 

 

 

Qu'il s'agisse de troubles causés par la scoliose, de cas d’amputation dus à des accidents ou à des maladies comme la méningite, la paralysie cérébrale ou les déficits moteurs, les chercheurs du Département développent des programmes d’évaluation et travaillent à améliorer la condition de vie de jeunes patients et autres catégories ciblées. Ils collaborent aussi avec des équipes médicales multidisciplinaires afin de planifier des chirurgies et tirer le maximum de ces interventions.

Des efforts sont aussi déployés pour trouver des moyens de venir en aide aux enfants qui souffrent d’obésité, qui sont en moins bonne condition physique ou qui ont des besoins particuliers comme par exemple, ceux liés à des troubles de l’attention. Plusieurs chercheurs sont mis à contribution, que ce soit pour développer des outils d’évaluation, pour mesurer les facteurs facilitants, pour mieux comprendre les barrières à la pratique d’activité physique, ou pour chercher des solutions adaptées à l’âge et au mode de vie de ces enfants.

D’autres encore s’intéressent aux sports extrêmes ou à l’environnement associé à l’activité physique, dans un but de prévention des blessures et des risques associés. C’est le cas du professeur Sophie Laforest qui poursuit des recherches sur le sujet. Consultez l'article paru dans Forum.

.iForum, le 8 décembre 2003
Pour rouler sans se casser le cou
Les parcs pour planches à roulettes assurent une pratique sécuritaire de ce sport

Maladies et déficiences

Nos chercheurs viennent aussi en aide aux personnes qui souffrent de handicaps. En effet, on doit au professeur Paul Allard et à son équipe l’invention du nouveau pied artificiel qui permet une démarche plus naturelle aux amputés du membre inférieur.


Laboratoire d'étude du mouvement, Hôpital Sainte Justine

Chez les deux groupes, jeunes et moins jeunes, l’on procède à des évaluations des programmes d’activité physique offerts. L’on voit aussi à développer des outils diagnostiques et des normes pour mettre sur pied, et valider, des programmes visant à combler les lacunes retrouvées dans certains programmes.

Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.